home icon / DashboardP2 / "Les Seigneurs de la pluie" en 10 victoires marquantes

"Les Seigneurs de la pluie" en 10 victoires marquantes

'

Après neuf éditions sur le sec, les cieux déchainés de Singapour ont récemment fait le bonheur d’un Lewis Hamilton impressionnant de maîtrise. Qu’elle tombe dru ou qu'elle soit clairsemée, la pluie a, de tous temps, séparé les grands pilotes du reste du peloton. A la veille d'affronter le climat versatile de Sepang, F1i rappelle quelques performances "pluvieuses" ayant marqué l’histoire de la Formule 1. Une liste, forcément, non-exhaustive.

Nürburgring 1962 : Graham Hill

© DR

Pour l’édition 62 du Grand Prix d’Allemagne, on n’y voyait goutte sur les 23 kilomètres d’une "Nordschleife" noyée sous le déluge, au point que le départ dût être retardé d’une bonne heure.

Pas de quoi refroidir Graham Hill, victime pourtant d’une belle frayeur aux essais du samedi lorsqu’il envoya sa BRM dans le décor après avoir heurté une caméra (!) détachée de la Porsche de Carel Godin de Beaufort.

Obligé de se rabattre sur une vieille P57, le Britannique entendait bien profiter des conditions pour rééditer sa victoire du Grand Prix de Hollande et se donner de l’air sur Jim Clark au championnat.

Après 2h40 d’efforts, Graham Hill conserva l’avantage sur son compatriote pour… 2"5, Gurney complétant le tiercé final.

Au départ, le moustachu profita des ennuis de son rival pour virer dans la roue du poleman Dan Gurney (Porsche) qu’il doubla dès le troisième tour. En tête, Hill dût composer avec la pression grandissante de John Surtees (Lola), remonté deuxième devant "Big Dan", les trois pilotes menant le bal avec maestria dans des conditions dantesques.

Après 2h40 d’efforts, Graham conserva l’avantage sur son compatriote pour… 2"5, Gurney complétant le tiercé final. Si la course fut éprouvante, Hill déclara avoir livré l’une des plus belles performances de sa carrière qui lui voudra de remporter le premier de ses deux sacres en fin de saison.