home icon / DashboardP3 / La naissance d’une Formule 1 – le calendrier

La naissance d’une Formule 1 – le calendrier

'
© Renault F1

Produire un châssis de Formule 1 réclame douze mois de travail, depuis les premières réflexions à l’usine jusqu’aux essais hivernaux à Barcelone. Voici le récit, en quatre épisodes, des principales étapes de la fabrication d’une F1, en compagnie de Nick Chester. Le directeur technique chargé du châssis chez Renault détaille aujourd'hui l'établissement du calendrier.

DES MISES À JOUR CONSTANTES

Lors de la phase de conception d’une Formule 1, la difficulté est de lancer différents programmes en même temps, qui prennent chacun en charge un aspect de la voiture, et de les adapter constamment en fonction des progrès accomplis dans les autres domaines.

Il peut ainsi arriver que les aérodynamiciens viennent trouver leurs collègues de la transmission en leur disant : “Si on change ces formes dans la zone du diffuseur, on gagne beaucoup d’appui. Mais êtes-vous capables d’emballer le mécanisme de la boîte de vitesses dans un tel volume, sans diminuer son efficacité ni sa solidité ?”

“L’établissement de ce programme de dessin et de production est un sacré boulot, confirme à F1i Nick Chester, le directeur technique en charge du châssis chez Renault. Car pendant le processus, on peut tomber sur un problème qui va nous retarder ou, au contraire, sur une occasion à saisir. On est parfois tenté de repousser une partie du programme après avoir découvert quelque chose d’intéressant en soufflerie… Le planning est adapté en continu, mais toujours de telle sorte que les échéances de fabrication soient respectées. C’est assez compliqué à gérer !”

© Renault F1

“Il faut surveiller une multitude de choses, et tout dépend d’où on se trouve dans le processus. Certains éléments peuvent être modifiés, d’autres pas parce qu’il est trop tard. La saison passée, nous avons introduit un nouveau fond plat à Silverstone, qui nous a aidés à changer la façon dont nous réglions la suspension.

Dans ce cas, nous avons pu récolter des informations assez tôt pour en tenir compte dans le dessin de la voiture de l’an prochain. De manière générale, on essaie d’anticiper le plus possible, car changer de concept tardivement vous met dans une position difficile.”