home icon / Magazine / Kubica : "Les fans ne m'ont pas oublié"

Kubica : "Les fans ne m'ont pas oublié"

'
© XPB Images

Son accident au Grand Prix du Canada 2007 avait fait le tour du monde. Un an plus tard, il conjurait le sort pour remporter son premier et - à ce jour - unique Grand Prix de F1. Robert Kubica et le circuit Gilles Villeneuve sont comme les deux faces d'une même pièce : indissociables. Et le populaire Polonais ne boude pas son plaisir de revenir sur le terrain de ses exploits.

Guillaume Alvarez : Bonjour Robert, vous voilà de retour à Montréal dix ans après votre victoire de 2008 sur BMW-Sauber. Quel souvenir, n’est-ce pas ?

Robert Kubica : Absolument, je suis très heureux de pouvoir revenir au Canada. Pas uniquement à cause de ma victoire mais aussi parce que j’adore cet endroit. Depuis que j’y ai roulé pour la première fois en 2006, la ville et le circuit sont devenus mes préférés en F1 avec Monaco, un autre circuit urbain que j’adore. Et mon accident de 2007 n'a rien changé à cela. Que du positif !

Qu’est-ce qui rend ce tracé si spécial, selon vous ?

J’aime son côté technique et étriqué. Sa configuration en « stop and go » en fait un tracé très agréable où j’ai toujours été performant. Et puis l’environnement et les gens rendent l'événement très chaleureux. Vous pouvez sentir que toute la ville vit au rythme du Grand Prix. Depuis ma dernière venue, peu de choses ont réellement changé, comme l’état des routes, toujours aussi mauvais (rires) !

Que pensez-vous de l’évolution que connaît la F1 ces dernières années ?

La Formule 1 d’aujourd’hui n’a plus grand-chose de celle que j’ai connue. Rien que l’arrivée de la technologie hybride a changé la physionomie de la compétition en la rendant plus complexe. D’un point de vue sportif, les enjeux sont plus ou moins similaires bien que la FIA travaille très dur sur les aspects sécuritaires comme avec l'introduction du Halo.

En terme de pilotage, tout a quasiment changé sur les voitures : le moteur, les pneus, le poids du châssis, etc. Quand je suis monté pour la première fois dans la Lotus de 2012 (sur le circuit Ricardo Tormo de Valence en juin 2017, ndlr.), mes réflexes sont revenus très vite, comme si j’avais quitté la F1 la veille ! Mais la différence avec les monoplaces de 2017 est tellement énorme. Meilleur ou pire, je l'ignore. C’est juste incomparable.

Montréal 2008 : un an après son terrible accident, le grand Robert devient le premier Polonais vainqueur en F1 ! (© XPB Images)