home icon / Magazine / F1i Magazine / Débriefing / Barcelone 2018 : impressions du bord de piste

Barcelone 2018 : impressions du bord de piste

'
© XPB Images

Perturbés par des conditions météorologiques particulières, les tests d’avant saison n’ont pas livré de hiérarchie évidente. Mais une équipe a impressionné tout le paddock, et ce n’est pas celle qui a changé son design… Voici notre hiérarchie – à prendre bien sûr avec des pincettes –, élaborée à partir de nos observations depuis le bord de la piste.

MYSTÈRE, BOULE DE GOMME ET KILOS D’ESSENCE

Chaque hiver, c’est la même chose. Tout le monde essaie de dégager une hiérarchie à partir des chronos réalisés lors des séances d’essais préparatoires. Autant lire l’avenir dans du marc de café : en effet, comment tirer la moindre conclusion alors que tous les paramètres ne sont pas comparables ?

Les meilleurs temps enregistrés par chaque écurie sont les suivants :

Position Écurie Meilleur temps
1. Ferrari 1’17”182 (hyper-tendre)
2. McLaren 1’17”784 (hyper-tendre)
3. Red Bull 1’18”047 (hyper-tendre)
4. Renault 1’18”092 (hyper-tendre)
5. Haas 1’18”360 (super-tendre)
6. Toro Rosso 1’18”363 (hyper-tendre)
7. Mercedes 1’18”400 (ultra-tendre)
8. Force India 1’18”967 (hyper-tendre)
9. Sauber 1’19”118 (hyper-tendre)
10. Williams 1’19”189 (tendre)

Quelle leçons en tirer ? On peut certes pondérer les temps selon le type de mélange en s’appuyant sur l’écart de performance chiffré par Pirelli entre les différents composés. Il reste toutefois hasardeux d’y voir la future hiérarchie dans la mesure où personne ne roule avec la même quantité d’essence. Certains passent les hyper-tendres avec 20 kg de carburant, d’autres avec 60 kg… Or, à Barcelone, rouler avec 10 kg d’essence en plus équivaut à un déficit d’environ 0,35 seconde au tour.

Dès lors, il convient plutôt d'examiner le comportement des voitures lors de longs runs, en gardant à l’esprit que certains peuvent cacher leur jeu, en roulant le réservoir plein la plupart du temps. C’est le cas de l’écurie Mercedes, qui s’est concentrée sur les relais longs et n’a jamais chaussé les hyper-tendres.

On l’a compris, l’exercice du pronostic est impossible… mais il est difficile d’y résister ! Jetons-nous donc à l’eau, avec toutes les réserves d’usage, en nous fondant sur quelques calculs, sur nos conversations avec les ingénieurs du paddock et sur quelques heures passées au bord du Circuit de Catalunya vendredi après-midi (un privilège très apprécié).