home icon / Magazine / F1i Magazine / Dossier / Spark : au cœur de l'électrique du futur

Spark : au cœur de l'électrique du futur

Un engouement sans précédent

© XPB Images

Chase Carey et Alejandro Agag : la F1 comme la FE sont entre les mains de Liberty.

Après des débuts mouvementés, la Formula E ne mettra que trois saisons pour muer d’un statut de start-up prometteuse à celui de championnat établi dont l'attrait auprès des grands constructeurs ne cesse de croître. Une progression fulgurante à mettre en grande partie au crédit d'Alejandro Agag, promoteur de la première heure qui récolte le fruit de plusieurs années d'efforts.

Il lui a fallu lever de l'argent pour assurer les indispensables investissements, notamment auprès du groupe Liberty de John Malone qui a récemment acquis les droits commerciaux des Grands Prix. La Formule 1 et la Formula E appartiennent donc au même actionnaire de référence, ce qui évitera de les placer en concurrence frontale dans l'avenir.

"Tout est allé très vite. Je me souviens encore m’être dit en 2012, ‘si l’on parvient à avoir trois constructeurs engagés au bout de trois saisons, ce serait déjà fantastique, raconte l'Espagnol, invité de marque à Spa-Francorchamps. Aujourd’hui, la quatrième saison va bientôt débuter et nous avons… neuf constructeurs à l’année ! Et ce n'est pas fini..."

Les lendemains s'annoncent en effet radieux pour la discipline avec l'arrivée progressive des fameux "big four" allemands, à savoir Audi (déjà présent avec le team Abt), BMW (saison 5 avec Andretti), Mercedes et Porsche (saison 6). Si ces changements ne se feront pas au détriment de la Formule 1, qui surveille toutefois la situation d'un oeil attentif, d'autres championnats comme le WEC et le DTM se retrouvent fragilisés par le départ de ces gros calibres.

Agag ne cache pas que d'autres constructeurs ont manifesté leur intérêt, comme Nissan (qui deviendra partenaire d'e.dams en utilisant la motorisation Renault en saison 5), Toyota ou encore le groupe FCA (et la volonté de Sergio Marchionne d'envoyer Maserati sur le front électrique). Du côté américain, si des gros bras comme Ford et General Motors n'ont pas encore fait le pas, Andretti Autosport et Dragon Racing, le team de Jay Penske (le fils de Roger), apportent une touche US au nouveau championnat.

Le "Spark E-Day" conclu, cap maintenant sur Hong Kong où se tiendra les 2 et 3 décembre une double-première manche en guise de coup d'envoi de la quatrième saison du championnat du monde FIA de Formule E. Une année d'ores et déjà considérée comme de transition avant l'introduction en 2018-2019 des premières batteries "full power" capables de tenir la totalité d'une course. Vruizzzz !...

© DR

La nouvelle Spark de la saison 5 permettra de boucler toute la distance de la course.