home icon / Magazine / F1i Magazine / Interview / Bell : "Trouver le bon équilibre pour préserver les pneus"

Bell : "Trouver le bon équilibre pour préserver les pneus"

'

Après leur course à domicile en France, les Renault RS18 viseront encore la Q3 et une belle moisson de points en Autriche. Le directeur technique du Renault Sport F1 Team Bob Bell détaille ici les caractéristiques du circuit de Spielberg et la manière de régler les monoplaces pour y être compétitif.

Quelles sont les principales caractéristiques du Red Bull Ring ?

C’est un circuit situé à une certaine altitude, donc le moteur sera un peu plus mis à l’épreuve. Cette piste est propice à une forte usure des freins, qui y atteignent des températures assez élevées. Nous devrons donc être prudents sur cet aspect. Certains vibreurs sont traîtres et peuvent endommager la monoplace si les pilotes les touchent. Cette année, il y aura une zone supplémentaire pour le DRS et nous allons étudier les opportunités qui peuvent en découler.

Sur le plan des réglages, ce tracé requiert des appuis moyens à forts. Les pneus à l'arrière souffrent beaucoup et peuvent surchauffer. Comme nous avons dû faire face à ce problème l’an passé, nous devrions probablement y être confrontés à nouveau cette année. Les trois premiers virages sont relativement lents avant que le rythme s’accélère.

Quels sont les facteurs que l’équipe doit prendre en compte ce week-end ?

L’accent sera mis sur les réglages pour la course afin de préserver les gommes à l’arrière. Cela augmentera nos chances de réaliser une stratégie à un seul arrêt. En ce sens, l’intérêt d’un temps en qualifications sera légèrement moindre. Nous nous attacherons à trouver un bon équilibre entre les vitesses basses et rapides pour conserver les pneumatiques.

Trois courses d’affilée... Est-ce si difficile à préparer ?

Nous sommes habitués à avoir deux Grands Prix en deux semaines. Le rendez-vous le plus piégeux devrait donc être Silverstone. L’Autriche ne devrait pas trop présenter de problèmes logistiques. Comme l’Autriche est au cœur de ces trois manches, il n’y aura pas trop d’évolutions. Nous essaierons d’introduire un système de refroidissement du MGU-K plus léger. Cela profitera plus à Nico, un pilote un peu plus lourd que Carlos.

Est-ce plaisant d’avoir deux pilotes régulièrement dans les points ?

Tous deux ont accepté l’idée que cette année est davantage consacrée à l’équipe qu’à eux-mêmes. Ils font de l’excellent travail et ils collaborent bien ensemble. Ils sont à la fois rapides et très proches l’un de l’autre. C’est un atout, car ils offrent des retours similaires tout en partageant le même point de vue. Et comme ils abordent les choses d’un angle légèrement différent, cela nous permet de trianguler les problèmes.

Après les méandres du Castellet, les lacets de Spielberg : encore une double arrivée dans les points ?