home icon / Magazine / F1i Magazine / Présentation / Les trois enjeux du Grand Prix de Monaco

Les trois enjeux du Grand Prix de Monaco

'
© XPB Images

Sebastian Vettel et Lewis Hamilton affichent chacun deux victoires au compteur. Mais c’est le pilote Mercedes qui occupe la tête du classement provisoire. Sur un circuit a priori peu favorable à sa W09, dans quelle mesure subira-t-il la loi des Ferrari et des Red Bull, en principe favorites en Principauté ?

LE CAVALLINO DOIT SE REMETTRE EN SELLE

Après deux Grands Prix terminés hors du podium, Sebastian Vettel doit se refaire une santé ce week-end, lui qui est désormais relégué à 17 points de Lewis Hamilton.

L’an passé, la SF70H à empattement court avait fait merveille dans les rues de Monaco. S’élançant depuis une première ligne 100 % rouge (aux côtés du poleman Kimi Räikkönen), l’Allemand l’avait emporté devant son équipier et Daniel Ricciardo. La SF71H, sensiblement plus longue, fera-t-elle aussi bien ?

Un indicateur de la compétitivité en Principauté est la performance affichée dans le troisième secteur du circuit de Barcelone. À ce petit jeu-là, la Red Bull était particulièrement rapide il y a quinze jours (Ricciardo devançait Vettel et Bottas le samedi). A contrario, ce tracé sinueux exigeant un appui élevé et une bonne motricité ne convient pas à l’ADN des Flèches d’argent, qui peinèrent l’an passé avec leurs gommes (Bottas termina quatrième et Hamilton septième).

© XPB Images

Pour la première fois de la saison, Pirelli proposera aux écuries de chausser le mélange hyper-tendre, censé être plus rapide d’environ une seconde au tour. Red Bull, Williams et Renault ont sélectionné le nombre maximal autorisé de gommes hyper-tendres (onze trains sur treize). Les records devraient tomber en qualification. On notera que depuis 2015, aucun poleman à Monaco ne s’est imposé en course le lendemain.

Même si le Grand Prix ne compte généralement qu’un pitstop, le moment du passage par les stands est crucial en raison de la quasi-certitude d’entrée en piste de la voiture de sécurité : un arrêt sous safety-car permet de sauver une bonne douzaine de secondes en moyenne.