home icon / Magazine / Synthèse du Grand Prix : Vettel reprend la main

Synthèse du Grand Prix : Vettel reprend la main

'

Depuis la pole position, Sebastian Vettel n'a laissé à personne le soin de survoler les débats à Montréal, les Mercedes et les Red Bull étant impuissantes pour rivaliser avec sa Ferrari. Le jour "sans" de Lewis Hamilton rend même au pilote allemand les commandes du championnat pour un point. Pour le reste, on s'est un peu ennuyé dans le peloton...

Il faut se faire une raison : la course au titre se jouera entre Vettel et Hamilton. Les deux leaders de Ferrari et Mercedes ont fait le vide autour d'eux et ni leurs équipiers respectifs ni les Red Bull ne pourront se mêler durablement à leur duel. Au tiers du championnat, les écarts se creusent et la bataille va se focaliser entre les deux hommes forts de la F1. Max Verstappen et Daniel Ricciardo tenteront de jouer la "victoire d'étape" ici ou là, sans espérer mieux, tandis que Valtteri Bottas et Kimi Räikkönen se contenteront de leur rôle de porteurs d'eau.

Telles sont les leçons de ce Grand Prix du Canada plutôt soporifique, une fois n'est pas coutume. Le carambolage du premier tour concernait les sans-grades de l'arrière-garde du peloton et l'intervention de la voiture de sécurité n'a pas permis des coups stratégiques. Derrière l'inamovible top 6, les Renault ont été reléguées à un tour, Hülkenberg (juste) devant Sainz, même si la Force India d'Esteban Ocon aurait pu prétendre au titre honorifique de "best of the rest" sans un pitstop calamiteux.

Le dernier point est revenu à ce diable de Charles Leclerc, décidément exceptionnel au volant de la Sauber : le Monégasque s'est battu sans complexe avec Fernando Alonso avant de tenir à distance la Toro Rosso de Pierre Gasly et la Haas de Romain Grosjean. Pour mesurer la performance de Leclerc, sachez que son équipier Marcus Ericsson lui a concédé la bagatelle de 45 secondes : si la Scuderia Ferrari ne lui met pas le grappin dessus dès la saison prochaine, c'est à n'y rien comprendre...

L'exploit du Grand Prix est encore à mettre au crédit de Charles Leclerc, dans les points pour Sauber !